Audiovisuel 3.0

Outre des projections, le FIPA est aussi l’occasion de s’interroger sur l’évolution du monde audiovisuel. C’est l’idée notamment du  BarCamp  du SmartFip@.

 « BarCamp : la conférence dont vous êtes le héros »

Ni expert, ni novice. Le concept du BarCamp est de réaliser une conférence ouverte à tous. Le principe est simple. Différentes thématiques autour de l’audiovisuel sont proposées. Chaque personne choisit la table ronde à laquelle il veut participer. La discussion s’organise autour de questions et de réponses entre amateurs et professionnel. Puis chaque groupe propose un compte rendu du début. Le thème abordé cet après-midi : le transmedia.

Le transmedia qu’est ce que c’est ?

Le transmedia, c’est la diffusion d’un même contenu sur différents supports, télévision et internet par exemple. L’idée est d’adapter un programme de différentes manières pour toucher le public de plusieurs façons. Il ne s’agit donc plus de rester cantonné à un média spécifique mais d’utiliser plusieurs moyens de communication permettant de faire évoluer le produit. Dans cette évolution, le spectateur a un rôle clé. En effet, le spectateur devient acteur. Son avis sur le programme est sollicité. Mais il peut être aussi sollicité physiquement. Le produit n’est donc plus conçu de manière définitive.  A ce titre, le multimédia apparait comme l’ancêtre du transmedia. Certes, l’interaction entre différents médias était déjà possible. Mais le programme était figé une fois pour toute, pas avec le transmedia.

Concrètement c’est quoi ?

Le transmedia, c’est par exemple la télévision connectée. Tout en regardant un programme, le spectateur peut séparer l’écran en plusieurs parties s’il veut avoir des précisions sur un point. Le transmedia consiste aussi à solliciter les spectateurs via les réseaux sociaux. Le programme se modifie suivant les envies des spectateurs. Une série peut aussi devenir un jeu en ligne. Exemple avec The Spiral diffusé sur Arte.En fait, le projet n’est plus seulement une fiction. La participation du spectateur permet un retour à la réalité. C’est une « réalité augmentée ».

Mais alors, tous auteurs ?

Une des tables du BarCamp s’est intéressée plus particulièrement à la question des auteurs dans le transmedia. Est-il possible de dire qu’i y a un auteur quand plusieurs personnes participent à l’élaboration du produit ? Jean-Claude Mocik, Responsable de la filière conception, écriture et réalisation à l’Institut National de l’Audivisuel (INA), Roland Dargelez, auteur, réalisateur, conseiller,formateur et Jean-Jacques Gay, éditorialiste (fondateur et critique d’art) à  Spamm.arte.tv se sont interrogés à ce sujet en compagnie d’étudiants et de personnes intéressés par l’audiovisuel. C’est aujourd’hui une question complexe. Dans tous les cas, il y a souvent derrière les produits un travail d’équipe à prendre en compte. Reste à savoir si le spectateur peut lui aussi être considéré comme un auteur. L’ouverture que permet le transmedia ne présente donc pas que des avantages.

BarCamp

BarCamp

Bref, le transmedia est un concept de plus en plus présent dans le monde audiovisuel. Exemple notamment avec le projet « Nouvelles Écritures » de France Télévisions.

 

Publicités

SmartFIP@, l’audiovisuel high-tech

Smart Fip@

Ce matin s’est ouvert la deuxième édition du Smart Fip@ devant un public nombreux. Cette rencontre créée il y a deux ans à Biarritz est consacrée au développement des technologies intéractives. Narrations immersives, serious game, réalité augmentée ; c’est l’occasion pour tous les créateurs de l’audiovisuel de présenter et de débattre les perspectives offertes par la narration transmédia.

Les différents travaux, « Cronulla Riots », « World Online Orchestra », « Fearless » et « Corto Maltese : secrets de Venise » proposent, tous à leur manière, de nouvelles façons de faire le lien entre les différentes disciplines de l’audiovisuel. L’interaction et l’immersion narratives sont les maître-mots de cette nouvelle génération de médias.

Le premier projet « Cronulla Riots » a été réalisé par Jaya Balendra. C’est un site internet Australien qui retrace pas à pas les événements qui se sont produits à Sydney en 2005. Dans un contexte de tensions communautaires importantes entre Libanais et Australiens « de souche »; une émeute a éclaté sur la plage de Cronulla le 5 décembre 2005. Ces violences urbaines ont été un choc pour le pays, révélant l’importance du mouvement nationaliste et xénophobe australien. Le déroulement des faits est présenté chronologiquement, à la façon d’un documentaire classique. Cependant, des liens apparaissent régulièrement sur la vidéo pour inciter le visiteur à approfondir certains points, renvoyant notamment à des sociologues et des journalistes spécialisés dans les questions du racisme et de l’immigration.

Le spectateur devient ainsi acteur, décidant de l’ordre dans lequel les informations lui parviennent.

 Un spectateur qui est acteur

Dans le site de « Fearless » qui traite du harcèlement dans les transports publics en Inde, la participation de l’internaute est d’autant plus importante que le sujet nécessite un important travail de mise en situation. Pour parler d’un sujet aussi sensible, la créatrice du site Avni Nijhawan a pris le parti de l’immersion totale. Vous incarnez une indienne durant une journée et vivez pendant quelques minutes ce que vivent des millions de femmes indienne au quotidien. Vous êtes amené à faire des choix, à décider par vous même du parcours que vous voulez faire. Placé dans cette situation, vous réalisez rapidement à quel point le harcèlement est répandu. « Traiter de manière ludique un problème aussi grave est la meilleure façon de sensibiliser le plus de personnes », explique la créatrice à la fin de la projection.

L’idée du World Online Orchestra pour sa part est issue du concept même de participation. Il propose à tous les musiciens dotés d’un instrument, d’un certain intérêt pour la musique classique et d’une webcam de faire partie d’un orchestre philharmonique en ligne. Une partition ; la 7ème symphonie de Beethoven pour un nombre illimité de musiciens, voilà le projet de cet orchestre. Une fois la vidéo enregistrée, vous apparaissez parmi une mosaïque d’enregistrements et vous jouez avec des personnes aux quatre coins du monde. Vous avez par ailleurs la possibilité de constituer des groupes de votre choix, en mettant en relation les « vignettes », les cases que dessine la mosaïque. Cette idée innovante offre des possibilités considérables en termes de créations collectives.

Ces différents projets ouvrent de nombreuses perspectives pour la création audiovisuelle et le smartFIP@ leur donne l’occasion d’être davantage diffusés. Il ne serait pas étonnant que des rencontres similaires se développent ailleurs.

Les temps forts de l’édition 2014

Mardi 21 janvier, 19h45 : cérémonie d’ouverture du FIPA. C’est donc le top départ du Festival International des Programmes Audiovisuels, qui dure jusqu’au 26 janvier, à Biarritz. Les thèmes privilégiés, les différentes formes que prend ce Festival, les nouveautés, voici ce qu’il ne faut pas manquer cette année.

1620594_10152572891831982_471713461_n

Le hall d’entrée du Bellevue, un des lieux du FIPA. Crédit photo : Ombeline De Fournoux

Brésil et Première guerre Mondiale

A ne pas perdre de vue : les deux « Gros Plans » du festival, le Brésil et de la Première guerre Mondiale, qui feront l’objet de projections tout au long de la semaine, mais aussi de débats.
Comme chaque année, le FIPA est l’occasion de découvrir de nombreuses créations audiovisuelles, présentées dans différentes catégories : Fiction, Série, Documentaire de création, Grand Reportage en ce qui concerne les formes que prennent ces œuvres. De nombreux programmes proposent aussi un regard sur les créations musicales et arts de la scène. Les nouveaux talents sont représentés grâce à la catégorie Jeune Création. Le Festival se félicite de son ouverture sur l’international. Si la section Création française existe, elle est accompagnée des Créations européennes et Créations internationales.
Enfin, les séances spéciales regroupent les cérémonies d’ouverture du 21 janvier et de clôture, le samedi 25 janvier à 19h45, à la salle Atalaya de la gare du midi, où sera projeté le film La Clinique du docteur Blanche, de Sarah Lévy. On ne manquera pas la remise de l’Eurofipa d’honneur. Le prix est décerné cette année à la série Dans les champs flamands, du réalisateur belge Jan Matthys : ce sera le mercredi 22 à 19h30.

Rencontres avec le public

Mais le FIPA, c’est aussi privilégier les échanges avec le public. Des rencontres et entretiens avec des professionnels auront lieu au sein du Casino : le comédien Grégory Gadebois le mercredi 22, le prix Goncourt Pierre Lemaitre le lendemain, le Directeur général de l’IFCIC (Institut pour le Financement du Cinéma et des Industries culturelles), deux réalisateurs Virginie Lenhart et Dante Desarthe tous prévus le vendredi, et enfin le compositeur Bruno Fontaine pour l’ultime journée du festival. Deux débats sont prévus, dont « Comment raconter la guerre de 14 à la télévision ? » le jeudi 23, dans le cadre d’un des deux focus du festival. Enfin, une table ronde « Industrie et Création » est organisée le samedi 25.

FIPA Industry : l’espace des professionnels

Cette 27ème édition du festival est aussi le lieu de rencontres professionnelles. Le FIPA Industry a pour objectif d’encourager le développement de nouveaux projets, de favoriser les contacts avec les chaînes de télévision (Arte, HBO seront notamment présentes), de faciliter la recherche de financements. C’est l’occasion de comprendre quelles sont les questions qui intéressent ces acteurs de l’audiovisuel, autour d’ateliers et de débats professionnels. Les principaux sujets abordés seront le format spécifique de la série télévisée, l’avenir de l’histoire à la télévision, enfin la situation de l’audiovisuel au Brésil. On n’oublie pas non plus la plate-forme Smart Fip@, qui se développe autour des nouvelles écritures et des transmédias, ouverte à partir du jeudi 23, 10h.

Pour plonger dans une aventure brésilienne, pour commémorer la guerre de 14-18, pour découvrir les jeunes talents, pour rencontrer des professionnels, pour comprendre les enjeux contemporains de l’audiovisuel… Rendez-vous au Fipa 2014.

Retrouvez toute la programmation du Fipa 2014 sur le site de l’événement.