Le point météo II : un vent à décorner les bovins

DSC03587

Le soleil au zénith – Crédit photo : Marie Mangez

Qui a dit que le calme était revenu à Biarritz ?
Aujourd’hui vendredi 24 janvier, histoire d’employer un style un peu lyrique (à l’image du « déluge biblique » de notre collègue Yann Lagarde *), Eole est de retour sur les côtes basques. Pour que cette fin de journée humide se déroule sans incident, voici les recommandations de la Miss Météo (auto-désignée) d’Un grain dans les bobines.

– Les personnes de moins de soixante kilos sont invitées à ne pas s’aventurer dehors.

– ANNONCE : Idéales pour lutter contre le vent, des cottes de maille sont en vente au casino municipal. Tarifs : côte de maille 15 kilos – 149,99 euros. Cotte de maille 30 kilos – 299,99 euros. Puisqu’il tombe des hallebardes, autant faire dans le total look médiéval.

– Avertissement spécial pour Messieurs /dames / mesdemoiselles les parapluies : afin d’éviter tout démembrement, fracture, claquage, démantibulation et autres, il vous est fortement conseillé de NE PAS SORTIR. Un nombre conséquent de blessés est déjà à déplorer. Biarritz approche de la rupture de stock et se trouvera bientôt contrainte, en désespoir de cause, de vendre des parasols.

– Avis à la CSKRA (Confrérie des Suicidaires Kamikazes en Recherche d’Adrénaline) : bien que vous ayez prévu d’organiser cet après-midi une séance de baignade en hypothermie, nous vous invitons chaleureusement à ne pas faire de publicité autour de cet événement. Certains individus psychologiquement déséquilibrés pourraient être tentés de vous rejoindre.

A bientôt pour notre prochain point météo !

PS : Désolée pour l’humour vaseux de cet article, on ne s’en gloriFipa…

*Pour l’histoire du déluge biblique, vous pouvez consulter notre précédent point météo

Publicités

Un point météo : Biarritz, le calme après la tempête

Nous avons tous en mémoire les images de la tempête qui a secoué la côte basque au début du mois de janvier. Les stigmates sont encore visibles sur le front de mer où des équipes d’ouvriers se relayent pour réparer les dégâts, notamment sur les rambardes de sécurité.

IMG_5143

Le casino, où se déroule une partie des événements du festival, n’a pas été épargné. Les vitres ont cédé sous la puissance des vagues et ce matin encore, c’est toute une partie du bâtiment qui est en réfection. Il faut s’arrêter un instant près de la plage et imaginer le déluge biblique que ça a dû être. Certains témoins ont parlé de vagues de dix mètres de haut. La digue de sable aménagée pour protéger une partie de la promenade n’est plus là mais certains endroits du port-vieux sont encore interdits au public. Mais les surfers du coin ont déjà ressorti leur planche, signe que la vie a bien repris son cours. Le soleil timide d’hier laissait présager une belle semaine, malheureusement l’éclaircie n’a pas duré et depuis ce matin, c’est la pluie sans intermittence. On se console et on se dit que si on avait voulu profiter de la plage on aurait plutôt attendu le festival de Cannes en mai.

Ah oui et l’année prochaine il faudra engager une vraie miss météo dans l’équipe.