François Sauvagnargues

Le Délégué général du FIPA.

Le Délégué général du FIPA.

Publicités

« Le but du FIPA? Montrer les meilleurs programmes de la télévision! »

Nous avons rencontré le délégué général du FIPA, François Sauvagnargues, en charge de la sélection des programmes. Promouvoir la qualité de la télévision, tel est l’objectif du FIPA selon lui.

Le Délégué général du FIPA

Le Délégué général du FIPA

François Sauvagnargues, quelle est votre mission?

Je suis délégué général du FIPA depuis deux ans après avoir été directeur de diffusion sur Arte. Je dois mettre ici à profit mon réseau de professionnels de la télévision afin de montrer les films de toute provenance. Le but du FIPA, c’est selon moi de montrer les meilleurs programmes de ce média en évolution permanente.

Avez-vous eu des difficultés cette année à organiser le FIPA?

Nous avons eu peur à cause de la tempête, Sinon, nous sommes en période de crise et l’argent est rare, il est difficile de trouver des financements. Cependant, lorsque l’on arrive à prouver que la qualité est là, les financements suivent.

Quels sont les défis de la télévision aujourd’hui?

La télévision est un média à la croisée des chemins, les lignes bougent, les habitudes de consommation changent et il faut s’y adapter. Aujourd’hui la moyenne d’âge des téléspectateurs est autour de 60 ans. Nous cherchons à viser un public plus jeune avec des nouvelles écritures, des programmes en catch-up -télévision de rattrapage ou en replay-  ou encore la télévision connectée.

Quelles sont les nouveautés cette année au FIPA?

Cette 27ème édition du festival met l’accent sur les rencontres professionnelles avec le FIPA Industry. Celui-ci permet de favoriser les contacts entre les chaînes de télévision, d’encourager le développement de nouveaux projets, de faciliter les recherches de financement. Le FIPA Industry permet surtout de s’intéresser aux questions que se posent les professionnels de l’audiovisuel en ce qui concerne les enjeux de la télévision.

Pourquoi le FIPA est organisé à Biarritz?

Pour des raisons historiques, le Festival de Cannes est à Cannes, le FIPA est à Biarritz. C’est une ville accueillante qui a aussi des facilités techniques d’organisation. Pour cette édition, il y a 1800 professionnels et nous attendons environ 30 000 visiteurs sur la semaine.